A l'envers

Publié le par IP

« Laisser moi sortir, laissez- moi sortir. LAISSER MOI SORTIR ! »
Cela fait fort longtemps que je cogne avec mes deux petits poings gantés sur la porte numéro 12.
La mienne.
J’avais un moment pensé à une mauvaise blague comme les infirmiers du week-end savent si bien le faire, mais là, il faut bien que je me rende à l’évidence, rien ne fonctionne, rien n’a fonctionné, jamais rien ne fonctionne…
J’entends de temps en temps un « bonjour » bien poli, un « ça va Pascal ? Tu as passé un bon week-end ? »
Qu’est-ce qu’ils en savent de mon week-end ? Qu’est-ce qu’ils s’en foutent de mon week-end ? J’aurais pu crever tout nu au milieu des feuilles humides du bois du parc, que mon nom dans le registre du centre aurait été rayé dans la minute.

Alors, je continue de frapper, et je continue de hurler :
« LAISSER MOI SORTIR. LAISSER MOI SORTIR. »

Tout avait commencé par un discret grattement, interrompu par des croassements de lapins (les signes habituels), et au bout des 12 heures réglementaires, j’avais décidé de mettre mes gants de ski (les jaunes) pour tambouriner (aucun de lien de parenté) de vive voix mon mécontentement face à cette injustice.
Nous étions alors samedi.
« Laisser moi sortir, je vous promets, je ne mettrais plus de plâtre dans les WC, je vous promets, je ne ferais plus d’escapade nocturne dans la cuisine. Laissez-moi sortir. Je vous promets ce que vous voulez… »
ILS m’avaient ignoré comme on ignore la misère qui défile devant nous le soir au coin du feu des soirées d’été vertes comme les pommes trop mures d’avoir sans cesse cherché à résister au froid d’un printemps trop pluvieux.
Vous me suivez ?
Puis, je m’étais résigné, j’avais oté mes vêtements, et je m’étais mis en boule en serrant mes raquettes comme je le fais durant mes crises d’angoisse carabinées.

Pleurant de tout mon saoul, des larmes de poulets,
J’avais compté les heures comme on compte les boulets,
Et j’avais laissé choir mon âme sur le parquet
Avec un peu d’urine, des étrons par paquet.

Lorsque je m’étais réveillé, j’avais remis uniquement mes gants, et j’avais repris ma mélopée accompagnée de nouvelles revendications.
Nous étions dimanche soir.
« Laisser-moi sortir, laissez- moi sortir. N’avez-vous donc pas de cœur ? N’ai-je pas le droit de parler à mon médecin ? N’y a-t-il pas moyen de régler ce léger différend de façon diplomatique ? »
Ils m’avaient ignoré.
On m’ignore toujours au centre.
Rien ne fonctionne jamais.
On ne m'écoute pas.
On ne m'écoute jamais.
On ne me comprend pas.
Voici, pourquoi aujourd’hui, je suis toujours là au pied de la porte numéro 12, mal rasé, affamé, puant, fatigué par une nuit faite d’angoisse à se tordre en Bernard l’ermite.

Quand l’infirmière du jour m’enjambe dans l’indifférence absolue et propre aux personnes de ce service, je bouge à peine.
Quand elle me dit : « Ben mon petit Pascal, tu as passé ton week-end dans le couloir à tambouriner (aucun lien de parenté, je vous dis !) alors que ta chambre était ouverte ? Allez viens, c’est l’heure de ta séance de rayons ! »

Nu, mais ganté, je m’enfuis par la porte du fond.




















Ce week-end, le Dieu du saxophone, Michael Brecker nous a quitté, emporté par la maladie. Fais chier.

Publié dans Bakinzihoude

Commenter cet article

Ludo 18/01/2007 08:48

C'est tellement beau que.. prout... pardon... que j'en ai versé une larme.Le plus marrant dans ce commentaire, mais personne ne me croira jamais, c'est que les caractères à recopier pour le publier sont "S", "E" et "X" !

IP 18/01/2007 09:07

Ah oui? Dernierement, j'ai eu F, U K...j'attends A,S, S avec impatience...

huguette 18/01/2007 07:42

Pasacl peux tu m'aider ? je m'endors à 3 h du mat' je me réveille à 6 malgré les pilules bleues et le reste. Je voudrais dormir plus longtemps sans qu'un couillon de voisin tambourine à la porte d'à-côté.

IP 18/01/2007 08:26

Tu peux toujours tambouriner sur ton voisin, tu vas voir, ca va te fatiguer, et lui va beaucoup moins tambouriner !

manou 17/01/2007 22:34

Oui, ça fait vraiment chier ... On se remet un disque ?

IP 18/01/2007 09:21

Il tourne en boucle...

Comtesse Cassandre 17/01/2007 10:39

Nous sommes de tout coeur avec toi.. et n'hésite pas à faire les numéros d'urgence en cas de besoin ;)

IP 17/01/2007 18:19

quel numero? 911, c'est ca?

Freefounette 17/01/2007 09:38

Ton post me rappelle une crise de foie mémorable... j'ai tout fait pareil... ah non, pas nue... arf !
bizzzzzzzzzzzzzz

IP 17/01/2007 18:19

Comme ca, pas nue...aaaah , tu vois pas-tout-pareil !