Et le premier qui...Je...

Publié le par IP

Je regarde une dernière fois le corps sanguinolent de la secrétaire du service  oncologique qui gît sur le lino rose.
« Shit ! La bâtarde, elle m’a sali mon pull en soie ! Tu pourras dire que tu m’as fait chier jusqu’au bout, hein ! » chuchoté-je tandis que je frappai du pied ce corps inerte, et je commençai à le découper avec mon couteau Suisse « moulti-founcciones ».

Ce matin (enfin il y a quelques matins déjà), j’étais de retour à le travail à la maternité.
Je n’avais pas envie plus que ça d’aller retrouver ceux-avec-qui-je-partage-quelques-heures-par-jour. J’avais envie continuer ma mosaïque en punaises.

Je n’aime pas vraiment le premier jour de le année, celui où l’on revoie ses collègues qui comme vous sont bien reposés, bien heur…Bien heur…, Qui transpirent les bons sentiments et l’optimisme janvierique.
Les « Meilleurs-vœux-meilleurs-vœux-Bonne année-et-pis-bonne-santé-hein ? » fusent pendant la première heure dans les couloirs comme vont fuser les « bonjour » dès le lendemain.
Heureusement, j’ai mes boules de cérumen de paresseux sur moi en moi, et à chaque fois que j’en croise un ou une, je souris et je glisse un « pareil pour toi, hein… » Avant de m’enfuir aussi rapidement que mes jambes me le permettent.

Et puis, ELLE, elle est arrivée, Arielle D.
Elle est arrivée cette trouduc avec sa « bonne année » aussi gras que la peau d’un ado ; Elle est venue poser ses coudes blanchis au savon Dove sur mon bureau. Je n'avais plus mes boules, horreur !
Elle est venue ME voir avec son air nous-sommes-les-meilleurs-amis-du-monde : DISCUTONS, oui discutayons un temps mon bon monsieur.
« J’t’offre un café ? »
« Non merci, c’est gentil, je ne bois pas de café, ça me rend excessivement dangereux… »
« Ah oui ? Tu blagues, hein ? J'aime les hommes qui me font rire.  T'es super, toi. Aaaaaaallez, rien qu’un petit café, comme ça entre AMIS ! »
Elle a dit « amis »… « Amis ». Mes yeux clignotent plus rapidement, mon sphincter se contracte, et mon cœur prend deux pulsations.
« Am..am…am…am…am…Quoi ? »

Il faut qu’elle sache cette « chose » que je ne parle en général que sous la torture ou moyennant une forte somme - je prends les rendez-vous à partir d’aujourd’hui !

Alors quand une personne m’annonce que nous allons discuter, j’ai peur…
Et quand cette personne me bombarde de questions, je me crispe…

« Alors tu as eu quoi pour Noël ? » *Ce soir, je vais me taper un potage, une douche, je vais regarder TF1, et je vais oublier sa question, dites ? *
Et elle enchaîne…
« Quelles sont tes résolutions pour 2007 ? Car tu vois, moi… » *Dans mon tiroir, il doit en rester… *
Elle n’a pas le temps de terminer sa phrase que je lui attrape le crâne avec mes deux mains calleuses de maçon. Nos regards se croisent. Pense-t-elle à un baiser de nouvel an ?
Eh non, je fracasse d’un coup sec, comme on me l’a appris à l’armée, sa petite tête de musaraigne, sur mon genou (le valide).
Un bruit sec identique à celui que fait la noix quand on la craque, résonne vulgairement dans la pièce.
Elle n’a pas souffert…

Moi non plus.

Publié dans Bakinzihoude

Commenter cet article

ab6 12/01/2007 18:09

 J'aurais fait pareil.

IP 12/01/2007 20:49

Je n'en doute pas une seconde :-)

Ludo 12/01/2007 07:58

Ben quoi? Elle finit très bien cette histoire !Joyeuse Pâque !

IP 12/01/2007 08:00

Merci...tu n'as pas oublie !

Saoul Fifre 11/01/2007 22:35

Oui mais avec tout ça, on connait pas tes bonnes résolutions ?

IP 11/01/2007 23:16

Tu vois mon genou? est-ce que tu vois mon genou?

manou 11/01/2007 19:32

Que ce soit bien clair entre nous, Pascal, je ne t'ai JAMAIS souhaité la bonne année ! : )

IP 11/01/2007 22:24

Tu ne me souhaites jamais rien alors...:-P

nathalie 11/01/2007 09:00

Alors ça y est, on est débarrassés d'Arielle?
Et si tu faisais la même chose avec Paris Hilton, hein, dis? ;-)

IP 11/01/2007 09:38

Paris ca va, mais Arielle, aaaaah Arielle !