À la pêche aux moules, moules, moules…

Publié le par IP

Je m’étais préparé à l’abri des regards indiscrets dans le bloc chirurgical numéro 12, celui de l’émasculation des nouveaux arrivants. Puis, je m’étais vêtu d’une salopette blanche, d’une casquette blanche, de sabots en plastique blanc, et d’un soutien gorge rouge volé à la secrétaire du service de nuit.
Le temps gris m’avait permis l’escapade par la porte du fond, laissée ouverte par le service incendie. En effet, nous avions vidé les 79 extincteurs de notre étage durant une soirée « Alpes et Pyrénées ». Quelle rigolade de voir notre étage transformé en station de ski.
Si seulement, Jean, mon voisin, paix à son âme, n’avait pas décidé de se jeter du troisième avec son surf, nous y serions encore à chahuter comme des fous des gens normaux. En fin, à un moment il a fallu que nous nous arrêtions, car sachez, amis (sauf toi vous Maréchal) lecteurs, que la neige des extincteurs est urticante et qu’elle brûle l’épiderme lorsqu’elle est appliquée pendant plus de 46 heures – je sais j’ai essayé.

Bref, le 22 décembre à 22h, j’étais dehors. Je m’étais aussitôt dévêtu, et j’avais filé à bord de mon traîneau (ma superbe Lancia Delta Turbo), vers ma famille adoptive.
Oui, je suis un enfant adopté- Ce sont des gens formidables, mais différents…
Néanmoins, ce n’était pas sans compter que leurs deux chiens (ok, ils sont aveugles tous les deux mes parents adoptifs), viendraient à me jalouser après quelques jours en leur compagnie – pas des chiens, mes parents, hein !
D’ailleurs je les soupçonne même d’avoir téléphoné au centre ces mécréants - le labrador est d’une intelligence effrayante, juste derrière le bigorneau, et à peine devant la Arielle Dombasle.

Ainsi, ils sont donc venus me rechercher tandis que j’étais en train de ramasser les œufs de Pâques laissés l’an passé – Ok, j’avais aussi effrayé la voisine quand je m’étais retrouvé chez elle, vêtu du plus simple appareil, avec mon panier en osier rempli de galets.

Alors, voilà pourquoi je me retrouve une nouvelle fois au centre à vous écrire…

Ils viennent de m’annoncer que ce soir, je rencontrerais les « nouveaux » de l’étage. J’ai pu ramener avec moi, Arielle, mon huître qui pète (elle me fait des perles d’une rare beauté).
J’ai noté hier soir quand j’étais attaché sur le brancard (et avant que les sédatifs ne fassent effet) qu’ils avaient repeint le foyer en blanc. Ça va nous changer car tout le monde se lassait du noir qu’il y avait avant.
Aussi, j’ai vu que tous nos dessins avaient été oté, et remplacé par des bannières qui me font déjà vomir : Bonne Santé Mentale !

Ah, c’est l’heure…Je vous retrouverais donc plus tard, je dois filer, j’ai Jokari de 7h ce matin jusqu’à 19h demain. J’espère ne pas avoir trop perdu, car ça me ferait franchement suer de perdre contre le pirate Playmobil – Je l’avais battu l’an passé 456 à 114 en fin de troisième essai.

Publié dans Bakinzihoude

Commenter cet article

Byalpel 04/01/2007 22:09

je serais toi (ce que grace au ciel je ne suis pas), j'arreterais de respirer les gaz d'échappement de ma lancia delta sport, ca te fait mal au cerveau !!

IP 04/01/2007 22:37

Si tu etais MOI, tu aurait ton permis auto...et non pas Scooter !

Anouchka 04/01/2007 20:29

Des perles, oui, mais des Panzani.
Ouh la...ma tête...késkejai ? Hein ? Allo ?

IP 04/01/2007 22:36

On ne doit pas parler des memes perles hein ! :-))))

Freefounette 04/01/2007 20:22

tin fo que je me méfie quand je fais l'huitre à noel moua... Si tu dis à tout le monde que je fais des perles de toute beauté, ils vont tous m'être après ! raaaaaaaaaaaaaah ! 

IP 04/01/2007 22:36

Tu peux commencer par te faire un collier, ca sera un bon commencement.;-P

Saoul Fifre 04/01/2007 09:51

Vous avez kidnappé le père noël, toi et tes potes ? J'ai pas eu mes cadeaux...

IP 04/01/2007 10:12

Mais le Pere Noel vit avec NOUS !

manou 04/01/2007 09:34

Je veux bien jouer avec toi au jokari si tu me prêtes ton huitre qui pète. Elle me servira d'alibi pour la prochaine soirée mondaine : )

IP 04/01/2007 10:09

Oui puis elle est tres discrete...elle se glisse dans la poche, et hop !